Extrait du journal
Le Lac-Saint-Jean
Dimanche le 27 août 2000

par France Paradis
journaliste

L'art et l'architecture
CLAIRE MALTAIS, LA DAME DU « PONT DES OUTARDES »
ALMA (FP) - L'artiste almatois Claire Maltais vient de réaliser un autre coup de maître dans la recherche de l'intégration de l'art à l'architecture urbaine. La mise en place de son concept des outardes, au-dessus de la passerelle de la véloroute qui enjambe le bras de la Petite Décharge, sur l'île Ste-Anne, est le témoignage vivant d'une recherche qui va bien au-delà de la simple signification de l'outarde.
Claire Maltais au Pont des Outardes

© Photo Interaction Qui ltée

On peut aisément coiffer Claire Maltais du titre de «Dame du pont des Outardes» alors qu'elle a réalisé une œuvre d'art qui, non seulement se marie à la perfection à l'environnement, mais qui comporte aussi toute une charge de signifiants que l'artiste y attribue mais dont le public peut lui aussi s'en approprier.

Lever la tête

«Mon idée première était d'utiliser un mariage béton/aluminium. Cependant, en raison de la lourdeur et des coûts, j'ai regardé autre chose. En observant la structure sous ses différentes formes, je me suis dit, je vais m'élever, je vais quitter le sol», commente l'artiste dont l'idée des oiseaux lui est venue alors qu'elle longeait en auto le bassin St-Georges,

Elle a alors observé des oiseaux qui venaient se poser tout en douceur sur le plan d'eau et l'idée a germé. «Les oiseaux migrateurs utilisent les cours d'eau comme route pour les guider dans leur trajet. La véloroute joue le même rôle pour les cyclistes. J'ai choisi l'outarde car il est représentatif de notre milieu et, tout comme les cyclistes, il franchit de grandes distances.»

Dans le concept, on retrouve, au sommet du mat de 32 pieds surplombant la passerelle, une outarde appelée la meneuse. De chaque côté, en formation de vol, 14 autres outardes composent ce voilier de part et d'autre de la structure qui est orientée dans l'axe Nord/Sud, exactement comme l'est le trajet dc migration quc les outardes utilisent à chaque printemps et automne.

«Cette forme en V rappelle le peloton de cyclistes avec le meneur en tête et les autres qui suivent en éventail pour se protéger mutuellement du vent», rappelle l'artiste.

Le choix de l'aluminium comme matériaux s'est presque imposé de lui même par l'importance que ce métal représente pour notre région, mais avant et surtout, pour ses qualités.

« L'aluminium est léger, ne s'oxyde pas et est facilement malléable pour effectuer le pliage des pièces pour former le corps des outardes. De plus, c'est un métal qui absorbe la lumière, ce qui lui donne de la vie. En bougeant au vent, on a l'impression que les outardes sont animées d'un mouvement de vol », de poursuivre Claire Maltais.

Ces outardes sont montées sur un fil d'acier qui traverse leur bec et le bout de l'aile, de sorte qu'elles sont mobiles sur le fil et c'est le vent qui lui confère son mouvement.

Et à l'entrée de la passerelle, en arcade, de chaque bout, une plaque de granit rose du Saguenay porte l'inscription «Au Nord, jusqu'aux plaines accidentées de l'Arctique» et «Au Sud, jusqu'aux états côtiers du golf du Mexique». ces deux inscriptions rappellent la destination des outardes, entre l'hiver et l'été.

«Ce que j'aime le plus, c'est que moi, je fais une lecture de mon œuvre mais j'entends les gens autour qui eux-aussi en font une lecture différente, se l'approprient. C'est une belle réalisation à petit budget», de conclure Claire Maltais.
Une demande de Tourisme Alma
C'est l'organisme Tourisme Alma qui a demandé à l'artiste Claire Maltais de réaliser cette œuvre. Gervais Coulombe, directeur général, est pleinement satisfait du travail qui marie l'art et l'architecture de ce pont qui fait partie intégrante de la piste cyclable urbaine. À lui seul, avec l'œuvre de Claire Maltais, le «pont des Outardes» est en train de devenir un attrait touristique. Les gens font un détour juste pour le plaisir d'y passer et d'admirer l'oeuvre.

Gervais Coulombe, directeur général de Tourisme Alma, considère le pont des Outardes comme un jalon important du plan de développement touristique. Les gens passent juste à côté de la Maison Damasse Boulanger qui sera mise en évidence et le pont ouvre la voie vers le Sud pour prolonger la piste cyclable.

Source :
© France Paradis, journaliste

Extrait du journal
Le Lac-Saint-Jean

Logo Transcontinental
Samedi le 25 mars 2006